avidité

avidité [ avidite ] n. f.
• 1382; lat. aviditas, de avidus avide
1Désir ardent, immodéré de qqch.; vivacité avec laquelle on le satisfait. Manger avec avidité. appétit, faim, gloutonnerie, voracité. Désirer qqch. avec avidité. concupiscence, convoitise. « Ils l'écoutaient avec avidité » (Lesage). « Nous regardons avec curiosité, avec avidité vers l'avenir inconnaissable » (Duhamel). L'avidité de tout connaître. soif. « Son avidité insatiable d'accroître sa fortune » (Chateaubriand).
2Recherche immodérée du profit. L'avidité d'un créancier. cupidité, rapacité.
⊗ CONTR. Détachement, inattention, indifférence.

avidité nom féminin (latin aviditas) Désir immodéré de dévorer ou de posséder quelque chose : Manger avec avidité.avidité (synonymes) nom féminin (latin aviditas) Désir immodéré de dévorer ou de posséder quelque chose
Synonymes :
- appétit
- âpreté
- voracité
Contraires :
- désintéressement
- détachement
- indifférence

avidité
n. f.
d1./d Désir immodéré, cupidité.
d2./d CHIM Caractère d'un produit avide.

⇒AVIDITÉ, subst. fém.
Action ou état consistant à être avide; manifestation de cette action ou de cet état.
A.— Désir ardent, immodéré de quelque chose.
1. [En parlant de nourriture] Voracité, gloutonnerie. Manger, boire avec avidité (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., DG), manger avec avidité, avec une extrême avidité (Ac. 1798-1935, BESCH. 1845, GUÉRIN 1892), l'avidité d'un homme affamé (BESCH. 1845) :
1. La petite fille cependant dévorait avec avidité un morceau de pain, et regardait attentivement tour à tour Colomba et son frère, cherchant à comprendre dans leurs yeux le sens de ce qu'ils disaient.
MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p. 75.
2. Quand on parle de l'avidité gloutonne de l'araignée, on oublie qu'elle doit manger double, ou bien périr, manger pour refaire son corps, manger pour refaire son fil.
MICHELET, L'Insecte, 1857, p. 211.
P. ext., BIOL., CHIM. ,,Propriété d'une substance d'un tissu ou d'un organe, d'absorber ou de fixer une grande quantité d'un liquide ou d'un gaz`` (Méd. Biol. t. 1 1970) :
3. Les recherches de Laroche... ont mis en évidence l'avidité de la toxine pour le tissu nerveux...
AVIRAGNET, WEILL-HALLÉ, MARIE ds (F. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd., fasc. 2, 1920-24, p. 639).
2. [En parlant de not. abstr. comme le gain, les honneurs, ou de choses concr. comme les biens, l'or, etc.] L'avidité des honneurs (Ac. 1798-1935, BESCH. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., QUILLET 1965) :
4. On sait que l'avidité de l'or, et l'esprit de conquête dont les Espagnols et les Portugais étaient animés, il y a deux siècles, faisaient parcourir à des aventuriers de ces deux nations les différentes mers et les îles des deux hémisphères, dans la seule vue d'y rencontrer ce riche métal.
Voyage de La Pérouse, t. 2, 1797, p. 347.
5. Ainsi donc, comme on ne peut y demeurer que retenu par la verge du despotisme, ou par les fureurs de l'avarice et l'avidité forcenée du gain, il est aisé de concevoir que ces circonstances physiques doivent nécessairement produire à la longue, dans le moral, la plus dégoûtante dégradation.
CABANIS, Rapports du phys. et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 37.
3. P. ext., absol. Avarice, cupidité. Une insatiable avidité (Ac. 1835-1935, GUÉRIN 1892) :
6. Buttler, cherchant à faire partager à Isolan son projet d'assassinat, ne pouvait, sans absurdité, s'étendre avec complaisance sur la bassesse et l'avidité de ceux qu'il avoit choisis pour remplir ses vues.
CONSTANT, Wallstein, 1809, p. XXXI.
7. Nous ferons mieux connaître, plus tard, en parlant du livre de Caton sur l'agriculture, toute la rudesse du vieux génie latin. C'était un peuple patient et tenace, rangé et régulier, avare et avide. Supposé qu'un tel peuple devienne belliqueux, ces habitudes d'avarice et d'avidité se changeront en esprit de conquêtes.
MICHELET, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 33.
B.— Manifestation de l'avidité.
1. Attention ardente, passionnée.
a) [Avec les verbes de perception] Voir, sentir, contempler avec avidité :
8. Et, comme la lune, sur le bord des nuages, répandait une lumière plus vive, elle contemplait Stephen; elle aspirait avec avidité les parfums incertains répandus dans l'air, elle regardait la verdure et le feuillage des arbres. Puis ses yeux se reportaient sur Stephen...
KARR, Sous les tilleuls, 1832, p. 225.
9. Et je contemple tout cela [la mosquée] avec l'avidité qu'on éprouve quand le temps vous presse et qu'on a déjà le sentiment qu'un rapide oubli menace ce qui est encore là sous vos yeux.
J. et J. THARAUD, Paris Saïgon dans l'Azur, 1932, p. 73.
b) Au fig. [Le verbe exprime une opération intellectuelle] Dévorer (un livre) avec avidité :
10. Les Ragu tiennent table ouverte pour leurs intimes et, deux ou trois fois par semaine, je me rends à leur constante invitation. Le docteur est des plus intelligents, des mieux cultivés, des plus instruits; curieux de tout ou de presque tout, il lit beaucoup, dévore livre après livre avec une avidité juvénile; ...
GIDE, Journal, 1943, p. 222.
2. Avidité de + inf. Impatience de... :
11. Quoi de plus odieux, par exemple, que ces inopportunes impatiences du peuple, ce défilé de pétitions impossibles dont ils viennent de m'accabler! Quelle avidité de jouir! Quelles prétentions subversives!
RENAN, Drames philos., Caliban, 1878, III, 3, p. 413.
12. Sceptique et satirique devait être un esprit [A. France] que distinguait son extrême avidité de tout connaître. Son immense culture lui fournissait abondamment les moyens de désenchanter.
VALÉRY, Variété 4, 1938, p. 37.
PRONONC. :[avidite].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1389 « désir immodéré de qqc. » (PH. DE MAIZIÈRES, Songe du vieil pel., III, 125 ds GDF. Compl. : L'avidité de seignourir de Cyrus); 2. plus spéc. a) 1587 « désir immodéré de nourriture » (RONSARD, Franciade, L. II, var., note de l'éd. de 1587 ds HUG. : L'avidité : l'ardeur de manger. Je ne sache point de mot François plus propre, encores qu'il soit mendié du Latin); b) 1751 « désir immodéré de biens, d'argent » (VOLTAIRE, Siècle de Louis XIV, c. 25 ds Dict. hist. Ac. fr. : Il parut bien, quand il [Fouquet] fut arrêté et conduit à la Bastille et à Vincennes, que son parti n'était autre chose que l'avidité de quelques courtisans et de quelques femmes, qui recevaient de lui des pensions et qui l'oublièrent dès qu'il ne fut plus en état d'en donner).
Empr. au lat. aviditas attesté au sens 1 dep. Plaute (Merc., 29 ds TLL s.v., 1422, 43), au sens 2 a dep. le Ier s. av. J.-C. (RUTILIUS LUPUS, 1, 18, ibid., 1423, 5), et au sens 2 b (CICÉRON, Phil., 5, 20, ibid., 1422, 68).
STAT. — Fréq. abs. littér. :557. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 200, b) 563; XXe s. : a) 431, b) 782.
BBG. — BASTIN 1970. — Méd. Biol. t. 1 1970.

avidité [avidite] n. f.
ÉTYM. 1382; lat. aviditas de avidus. → Avide.
Désir ardent, immodéré de qqch.; vivacité avec laquelle on le satisfait.(Correspond à avide, 1.). || Manger avec avidité. Appétit, faim, gloutonnerie, voracité.(Correspond à avide, 3.). || Désirer quelque chose avec avidité. Concupiscence, convoitise, cupidité, désir, envie. || Écouter, lire avec avidité. || L'avidité de qqn (pour qqch.). || L'avidité des désirs : le caractère avide des désirs. || L'avidité de la gloire : l'avidité pour la gloire (de qqn). || L'avidité de tout connaître.|| L'avidité n'est pas tant un désir que la vivacité avec laquelle on se satisfait au moment de la jouissance (Condillac).
1 Qu'est-ce donc que nous crie cette avidité et cette impuissance, sinon qu'il y a eu autrefois dans l'homme un véritable bonheur (…)
Pascal, Pensées, II, 425.
2 Courir avec une folle avidité après un monde qui nous fuit (…)
Massillon, Profession religieuse, Sermon 4, in Littré.
3 S'il avait pu conquérir le monde entier, il en aurait cherché un nouveau pour satisfaire l'avidité de ses désirs.
Rollin, Histoire ancienne, 1 t. VI, p. 583, in Pougens.
4 On lui apporta un couvert; il se jeta d'abord sur l'omelette avec tant d'avidité qu'il semblait n'avoir mangé de trois jours.
A. R. Lesage, Gil Blas, I, 2.
5 (…) ils l'écoutaient avec avidité, et les moindres choses qu'il disait faisaient sur eux une vive impression de douleur ou de joie.
A. R. Lesage, le Diable boiteux, IX.
6 Deux passions gâtent ses qualités : son amour exclusif de ses enfants, son avidité insatiable d'accroître sa fortune (…)
Chateaubriand, Œ. compl., t. IV, 9.
7 (…) je cherchais le lieu noir
Avec l'avidité morne du désespoir (…)
Hugo, les Contemplations, « À celle qui est restée en France », II.
8 Dans l'avidité gloutonne de la bouche qui pressait la sienne, Gabrielle, pourtant, avait fui.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, IV, 2.
9 Nous regardons avec curiosité, avec avidité vers l'avenir inconnaissable (…)
G. Duhamel, le Temps de la recherche, IX, p. 119.
10 Les gens ont de plus en plus peur (…) ils vivent en état de panique et d'avidité perpétuelles.
F. Sagan, la Chamade, p. 85.
(1751). Spécialt. Cupidité financière et avarice.
CONTR. Détachement, inattention, indifférence, insouciance. — Satisfaction, apaisement, assouvissement… — Générosité, prodigalité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • avidité — AVIDITÉ. subs. fém. Désir ardent et insatiable. Il se dit dans tous les sens d Avide. Manger avec avidité, avec est extréme avidité. L avidité des biens. L avidité des honneurs …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • avidité — Avidité. s. f. Desir ardent, insatiable. L avidité des biens, des honneurs. extreme avidité. manger avec avidité …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Avidite — Avidité L avidité est un désir immodéré. Pour le concept d avidité dans le bouddhisme, voir trishnâ. Voir aussi Convoitise Portail de la psychologie Ce document provient de « Avidit%C3%A9 ». Catégorie : Émot …   Wikipédia en Français

  • avidité — (a vi di té) s. f. Désir qui emporte. Manger avec avidité. L avidité du gain. Il lut ce livre avec avidité. •   [Il] Attend votre hyménée avec avidité, VOLT. Mérope, IV, 5. •   Et, sous un faux semblant de libéralité, Soûler et ma vengeance et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AVIDITÉ — s. f. Désir ardent et immodéré. Il se dit dans tous les sens d Avide. Manger avec avidité, avec une extrême avidité. Une insatiable avidité. L avidité du gain. L avidité des honneurs. Reprocher à quelqu un son avidité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AVIDITÉ — n. f. Caractère de celui qui est avide. Manger avec avidité, avec une extrême avidité. Une insatiable avidité. L’avidité du gain. L’avidité des honneurs. Reprocher à quelqu’un son avidité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Avidité — L avidité est un désir immodéré. Pour le concept d avidité dans le bouddhisme, voir trishnâ. Voir aussi Convoitise Portail de la psychologie Catégorie : Émotion …   Wikipédia en Français

  • avidité — nf. sai <soif>, fan <faim> (Albanais.001) ; aviditâ (Villards Thônes). A1) adv., avec avidité : dâleu (Arvillard). E. : Lire. B1) v. , manger avec avidité : avalâ tan k on pû borâ <avaler tant qu on peut bourrer>, (s ) êfornâ… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • vorace — [ vɔras ] adj. • 1603; vorage déb. XVIe; lat. vorax, acis 1 ♦ Qui dévore, mange avec avidité. « La loutre est un animal vorace » (Buffon). (Personnes) Glouton, goulu. « Il s empiffrait de nourriture, car il était vorace » (Tharaud). N. C est un… …   Encyclopédie Universelle

  • dévorer — [ devɔre ] v. tr. <conjug. : 1> • 1120; lat. devorare 1 ♦ Manger en déchirant avec les dents. Le lion, le tigre dévore sa proie. Saturne dévora ses enfants. ♢ Par anal. Manger entièrement. Les chenilles ont dévoré les feuilles du rosier.… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.